Les Lois de Mai 1882

Les lois de mai font partie des Règlements intérieurs et sont signées le 15 Mai 1882 par l’empereur Alexandre III de Russie. Dans le contexte d'une répression tous azimuts qui visait d'abord la contestation politique, les Règlements intérieurs augmentent les pouvoirs de police dans certaines régions, en particulier en matière de presse, mais aussi d'arrestations des suspects, passage en cour martiale, etc.

Ces lois imposent une politique systématique de discrimination qui bannit les Juifs de toutes les zones rurales et des villes de moins de dix mille habitants, même dans la "Zone de Résidence". Des quotas stricts sont fixés concernant le nombre de Juifs autorisés dans l’enseignement secondaire et supérieur et pour de nombreuses professions. Ces lois sont restées en vigueur jusqu'à la révolution russe de 1917 et provoquent une émigration juive massive : de 1881 à 1920 , plus de deux millions de Juifs quittent l’Empire russe.

La loi répressive est révisée régulièrement. En 1887, les quotas de Juifs dans l'enseignement sont resserrés: 10 % à l'intérieur de la "Zone de Résidence", 5 % à l'extérieur de la Zone à l'exception de Moscou et de Saint Petersbourg, où le quota est maintenu à 3 %. Dans de nombreuses villes à forte population juive, les écoles sont à moitié vides et de nombreux étudiants juifs se voient interdits de s'inscrire dans les écoles et universités. Ils se trouvent dans l'impossibilité de finir leurs études dans leur propre pays.

En 1886 un édit d'expulsion est pris à l'encontre des Juifs de Kiev. Au printemps de 1891, Moscou est vidée de ses Juifs.

En 1889, les Juifs ont l'interdiction de s'inscrire au barreau des avocats «La proportion de docteurs juifs pouvant exercer dans l’armée et peut excéder 5 %, tandis que les hommes de loi juifs qui désirent devenir avocats doivent faire une demande expresse auprès du Ministre de la Justice. À la fin du règne d'Alexandre III, la licence accordée aux Juifs de vendre de l’alcool est révoquée».

En 1892, de nouvelles mesures interdisent aux Juifs de participer aux élections locales en dépit de leur grand nombre dans de nombreuses villes de la Zone de Résidence. «Le Décret des Villes (Городовое положение) de 1892 interdits aux Juifs d'élire ou d'être élus dans les Doumas des villes. De cette façon, une représentation proportionnelle inverse est obtenue: la majorité des contribuables de la ville est soumise à une minorité gouvernant la ville contre les intérêts juifs».

L'année suivante (23 Avril 1893), la Loi concernant les prénoms impose un châtiment criminel aux Juifs qui essayent d'«adopter des prénoms chrétiens» et impose aux Juifs d'utiliser leurs prénoms de naissance dans les affaires, les écrits, la publicité, les enseignes, etc.

a© Joao Da Silva 2016