La Vie en Podolie 

La Pologne comme nation distincte est devenue progressivement plus faible et plus inefficace au cours du 18ème siècle, perdant peu à peu de plus en plus de son territoire en faveur des  nations puissantes qui l'entouraient: la Prusse à l'ouest, l'Autriche-Hongrie au sud et la Russie à l'est. En 1793, la Russie a annexé une partie substantielle de la Pologne orientale, y compris la Podolie.

L'annexion russe changea  irrémédiablement la  vie des  Juifs en Podolie. Peu de temps après le début du XIXe siècle, le gouvernement russe a créé la Podolie comme gubernia (province ) de la Russie, et Ushitsa comme uezd (comté) dans la Podolie. Le plus grand groupe ethnique dans la gubernia était de loin les ukrainiens, suivi par les Juifs, les Polonais, les Russes et les Allemands.

Des lois spéciales concernant les Juifs ont été introduites par le gouvernement russe très peu de temps après l’annexion de la Podolie. Par exemple, en 1804, une loi a été adoptée la quelle, entre autres choses, a exigé que les Juifs se donnent des noms de famille.  En effet, jusque la, les Juifs avaient  des noms patronymiques, mais pas de nom de famille.

En 1827, le tsar Nicolas I a décidé de procéder à la conscription des Juifs ( vers 1856, les Juifs représentaient une plus grande proportion des soldats de l'armée que ce n’était le cas dans la population générale). Les Juifs joignaient l’armée à 18 ans et y servaient pendant 25 ans. Certains Juifs ont été pris a leurs parents à 12 ans, avec 6 ans de formation préparatoire  avant de commencer leur service militaire.

Des substitutions des conscrits étaient autorisées a condition que les substituts soient  également Juifs, de cette façon, les Juifs riches étaient souvent en mesure d'acheter leur place pour éviter de faire le service militaire, les Juifs les plus pauvres étant les victimes. La loi russe sur la conscription a également engendré le développement d'une nouvelle profession, celle de l' informateur qui signalait aux autorités les efforts déployés par les Juifs à échapper à la conscription.

Créée par Catherine II en 1791, la " Zone de Résidence " (en anglais Pale of Settlement) a été précisée et délimitée en 1835 par le gouvernement russe, et les Juifs étaient tenus d’y maintenir leur résidence (cette loi est restée en vigueur jusqu'en 1915).

carte de la zone de residence en russie


En 1843, les Juifs ont été expulsés des terres russes le long des frontières prussiennes et austro-hongroises et par la suite n'ont pas été autorisés à vivre à moins de 50 km de la frontière avec l'Autriche-Hongrie (cette loi est restée en vigueur jusqu'en 1904).

En outre, les hommes juifs ont été interdits de mariage  jusqu'à 18 ans, et les femmes juives jusqu'à 16 ans. En 1836, le gouvernement a ordonné et mis en œuvre la censure des livres juifs et la fermeture des maisons d'édition juives. Quatre ans plus tard, une réforme de l'éducation a été introduite.

En 1844, les écoles créées par le gouvernement pour les Juifs se répandent à travers la "Zone de Résidence", l’objectif premier de ces écoles, étant de faciliter la conversion a la fois culturelle et religieuse des Juifs de Russie.

En 1855, ces écoles existent dans toute la "Zone de Résidence". Comme la grande majorité des Juifs évitait ces écoles,  les écoles juives ont été placées sous la supervision du gouvernement et des matières profanes enseignées en russe sont devenues une partie obligatoire de leur programme d'études.

Une insurrection polonaise, soutenue par beaucoup de Juifs,  a eu lieu en 1863, a conduit à une répression sévère des  Polonais et des Juifs par le régime tsariste; mettant fin à  la modeste libéralisation  de la loi au cours des dix années précédentes.

Au recensement de 1840 on comptait 115 143 juifs en Podolie , sur une population totale de 1.691.928 ( environ 7 % ). Un recensement similaire en 1888 comptait 325 907 juifs sur une population totale de 2.470.142 ( environ 13 % ). En 1897, un recensement détaillé mis en évidence que les Juifs représentaient 12,3% de la population totale de la Podolie. La proportion maximale des Juifs par rapport  à la population totale était probablement d'environ 13 % dans la mesure ou  la moitié des émigrants de Podolie dans la période comprise entre 1881 et le déclenchement de la Première Guerre mondiale sont soupçonnés d'avoir été des Juifs.

Pendant  une grande partie du 19ème siècle, les Polonais étaient la classe dominante en Podolie, représentant  la plupart des propriétaires terriens, des propriétaires d'usines et de l'intelligentsia. La classe moyenne et  commerçante était largement  juive, alors que les agriculteurs et  paysans,  étaient presque exclusivement ukrainiens. Les relations entre les Polonais et les Ukrainiens, étaient quasi inexistantes et les Juifs se trouvaient  souvent pris entre les deux.

En conséquence, les conflits entre les peuples polonais et ukrainiens ont conduit inévitablement à une souffrance accrue chez les juifs qui étaient  accusés par l’un des  camps de pactiser avec l'autre. Chaque fois que les dirigeants russes, le jugeaient utile,  ces tensions interethniques ont été exploitées, allant jusqu'à encourager des débordements de temps en temps. Des pogroms en furent le résultat, avec  la population juive subissant les coups, les viols, les meurtres et les pillages.

Les Juifs n'étaient pas initialement défavorables aux annexions russes , car après avoir souffert de la persécution sous les Polonais ils croyaient  que les Russes  ne pouvaient  pas être pires.  La vie en Podolie pour les Juifs  était devenue très problématique et presque insupportable. En 1881 des lois de répression sévères furent dirigés spécifiquement contre les Juifs. L'amélioration économique de beaucoup de juifs dans les 20 années précédentes, sous le règne d'Alexandre II, a  brusquement pris fin sous  Alexandre III. Des restrictions ont été imposées qui affectaient  la capacité des Juifs à gagner leur vie et a choisir l’endroit ou  ils pourraient vivre; les pogroms sont devenues monnaie courante.

Sous des instructions venant d'en haut, les autorités, ne bougeaient pas alors que les maisons et les magasins juifs étaient  saccagés et les Juifs battus, violés et assassinés. L'un des objectifs déclarés du gouvernement russe était désormais atteint: l'émigration de la population juive. Dans la période 1881-1914 plusieurs millions de Juifs ont quitté la Russie pour d'autres parties du monde, principalement en Amérique du Nord.

Au début des années 1880 un certain nombre de pogroms eurent lieu en Ukraine, dont 63 en Podolie. Les mesures répressives du gouvernement russe après l'assassinat du tsar Alexandre II, qui a eu lieu le 1er Mars 1881, et pour lesquels les autorités ont injustement blâmé les Juifs, ont précipité les pogroms et ont causé tant de souffrances parmi la population juive en Ukraine que beaucoup ont choisi de quitter le pays.

Des restrictions économiques furent  imposées à la population juive par le gouvernement russe dans le but de calmer les citoyens ukrainiens et polonais qui faisaient  valoir que,  sans ces restrictions, ils ne pouvaient pas rivaliser, avec leurs voisins juifs.

A la fin du XIXe siècle la plupart des juifs affichaient leur déception quant à leurs conditions de vie, soit en émigrant, soit en rejoignant leurs voisins non juifs dans les différents mouvements révolutionnaires qui prévalaient en Russie à l'époque.

L’autorité centrale russe s'affaiblit, notamment après la  défaite de la Russie dans la guerre avec le Japon en 1905. Le gouvernement a tenté, avec un succès limité, de blâmer les Juifs pour cette défaite, malgré le fait non contesté qu'un nombre considérable de Juifs ait servi dans l'armée impériale, dans la guerre contre le Japon.

Des pogroms ont eu lieu dans la «Zone de Résidence», dont 37 en Podolie.  Certains Juifs ont décidé de se battre, ce qui conduit à la création  en Podolie d'unités d'auto-défense. Les juifs ont continué à émigrer à des niveaux records, jusqu'à ce que l’émigration soit interrompue par le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Avant le début de la Première Guerre mondiale, la Podolie était la «gubernia» la plus au sud-ouest de la Russie tsariste. L’ouest de la Podolie était bordée par la Galice, qui faisait partie de l'Empire austro-hongrois, au sud il y avait la Bucovine, également partie de l'Empire austro-hongrois. La Russie tsariste et l'Autriche-Hongrie étaient des ennemis dans ce conflit et une grande partie de la Podolie a été occupée d'abord par les forces austro-hongroises et plus tard par les forces allemandes. Avant que la guerre ait officiellement pris fin, la Russie se retirait du conflit à la suite de la Révolution d’Octobre. Peu de temps après, avec la fin de la guerre, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie ont été défaits. La Podolie fut  évacuée par les Allemands et Austro-Hongrois, laissant un vide dans la mesure où l'autorité gouvernementale en était concerné. Pendant les 4 ou 5  années suivantes, l'anarchie a régné avec des affrontements entre les nationalistes ukrainiens et les  russes bolcheviks.

Quelques Juifs qui ont participé à la lutte pour le contrôle de l' Ukraine dans la période 1917-1922 étaient pour la plupart du côté des bolcheviks , mais un petit nombre a rejoint  les nationalistes ukrainiens. En Juillet 1917, un gouvernement provisoire ukrainien  a proclamé son indépendance de la Russie et a accordé l'autonomie à toutes les minorités au sein de ses frontières. La réaction initiale des communautés juives d'Ukraine a été positive, mais le régime de Kerensky, alors au pouvoir à Moscou, et le régime bolchevik qui l’a suivi s’opposa à l’ indépendance de l'Ukraine.

La prise du pouvoir à Moscou par les bolcheviks a conduit à l'anarchie dans tout l'ancien empire tsariste, y compris en Ukraine.  La Russie envahi peu de temps après l'Ukraine à fin de mettre un terme à la tentative d' indépendance.

A juste titre, la majorité des Juifs n'a pas pris position dans le conflit entre les nationalistes ukrainiens et les bolcheviks russes, étant arrivés à la conclusion qu'aucune des factions en lutte, ne pouvait leur offrir guère mieux que la vie misérable qu'ils avaient déjà connue sous les tsars. Pendant cette période il y a eu  de nombreux pogroms avec leur cortège de morts et de souffrances.

Avant 1919, les pogroms ont eu lieu principalement dans les villes,  après 1919, ils étaient plus fréquents dans les villages. Encore une fois, les Juifs ont été injustement accusés, cette fois d'être pro-bolchéviks et anti-ukrainiens. Des organisations juives d'auto-défense se sont établies dans de nombreuses villes, car une fois encore les autorités " dominantes " furent soit réticentes soit incapables de prévenir les attaques sur la population juive.

La défaite des nationalistes ukrainiens par les bolcheviks fut suivie par de terribles pogroms contre les Juifs en Ukraine, ces actions ayant  été le plus souvent dirigées par des soldats ukrainiens, pris en charge par des civils ukrainiens, qui profitaient de la situation pour exercer des représailles contre les Juifs pour leur soutien au communisme.

Parmi les trois périodes au cours desquelles les pogroms survenus en Ukraine, la pire période a été celle de 1917 à 1921. En Podolie seulement, 213 pogroms sont enregistrés, la grande majorité d'entre eux ayant été commis par des partisans de l'un ou l'autre des divers mouvements nationalistes ukrainiens qui opéraient à l'époque dans la région.

Les bolcheviks ayant finalement émergé comme les vainqueurs du conflit,  l'ensemble de l'Ukraine du subir une adaptation dure et forcée à la domination communiste. La réforme agraire, par exemple, conduit  a la mort par la faim de millions d'Ukrainiens. Beaucoup de gens ont été forcés d'émigrer de l'Ukraine vers d'autres parties de l'URSS; l'émigration vers l'étranger fut sévèrement restreinte au point que très peu de gens ont tenté de quitter le pays.

Les Juifs de Podolie au début du régime communiste vivaient pour la plupart dans des villes et des villages et étaient engagés dans les petites entreprises comme marchands et  petits commerçants. Le communisme a pratiquement éliminé toutes ces professions, amenant les Juifs à quitter les petites villes et les villages pour les villes où ils cherchaient du travail dans les usines et les magasins gérés par le gouvernement en tant que travailleurs et commis.

Dans les années 1920, certains Juifs ont pu émigrer à l'étranger. Alors que l'Europe occidentale et  l’Amérique du Nord étaient  largement fermées à ces émigrants, l'Amérique du Sud, l'Argentine et le Brésil en particulier, ont été relativement ouverts.

 

a© Joao Da Silva 2016